20minutes – Hausse des tarifs des trains : A quoi joue la SNCF ?

Afin de financer l’entretien du réseau et de pallier à l’augmentation des péages de RFF sur les lignes les plus fréquentées, la SNCF a annoncé une augmentation globale de ses tarifs pour 2011. En contre partie, l’entreprise compte sur une multiplication des billets à petits prix pour satisfaire ses usagers les moins fortunés et ainsi garantir le bon remplissage de ses trains. Ces deux actions antithétiques suscitent la colère des associations de consommateurs, reprochant à la SNCF un manque de transparence concernant sa politique tarifaire.
Dans l’article suivant, publié dans 20 minutes, Arnaud Aymé, Directeur associé chez Sia Conseil, revient sur la stratégie adoptée par la SNCF et les risques qu’elle comporte.

« D’un côté, les annonces de hausse des prix se multiplient. De l’autre, la SNCF écoule de plus en plus de billets à petits prix. Mais, au final, va-t-il devenir plus cher de voyager en train?

Hausse des tarifs annoncée

Le gouvernement est «favorable à une augmentation des tarifs de la SNCF en 2011», «dans une proportion raisonnable». Le secrétaire d’Etat chargé des Transports, Thierry Mariani, l’a annoncé samedi sur Europe 1. Puisque le système des prix est réglementé par le gouvernement, la hausse est quasiment acquise. Son principal but? Financer l’entretien des infrastructures du rail.

Réseau ferré de France (RFF), l’entreprise publique chargée de cet entretien, est en effet très endettée et souhaite augmenter les péages qu’elle fait payer à la SNCF pour faire circuler ses trains. Ces rénovations à la charge des usagers font enrager les associations de consommateurs. «Les gens en ont assez», prévient Jean-Claude Delarue, président de la Fédération des usagers des transports, interrogé dimanche par 20minutes. «C’est la responsabilité de l’Etat de ne pas avoir rénové le réseau depuis vingt ans. C’est à lui de prendre en charge la suite». Le syndicat SUD-Rail estime lui que «cet investissement lourd ne peut être que public, pour garantir le droit aux transports à un coût abordable».

Surtout que, d’après Arnaud Aymé, directeur associé du cabinet d’études Sia Conseil, «les péages demandés par RFF explosent sur les lignes les plus fréquentées». «Depuis 2007, la hausse est de l’ordre de 20% par an», analyse-t-il. Si bien que le prix des billets a lui aussi augmenté de 1,9%, après une hausse de 3,5% en 2009. Et il devrait donc en connaître une nouvelle en 2011. Cette évolution est «dangereuse» selon Arnaud Aymé. «Les prix ne peuvent continuer à augmenter indéfiniment. Sinon, les gens vont moins prendre les TGV et choisir la route ou l’avion ou même bientôt la concurrence des transporteurs étrangers», avertit-il.

De plus en plus de petits prix

Pour éviter que ses trains se vident, la SNCF parie donc de plus en plus sur les petits prix. «Nous allons augmenter les petits prix en 2011», confiait ainsi à 20minutes.fr la directrice générale de la branche Voyages, Barbara Dalibard. Un million de billets à 17 euros seront par exemple vendus sur la seule période de Noël 2010. «C’est une stratégie visant à remplir les trains et destinée aux clients qui ont le moins de moyens», confirme Arnaud Aymé. Ce qui ne suffit pas à rassurer les associations de consommateurs, qui dénoncent l’opacité de la grille tarifaire de la SNCF.

Entre les promotions, les billets professionnels, les billets standards et les cartes commerciales, «il y a tellement de prix que cela rend plus facile le tripatouillage des tarifs», analyse Arnaud de Blauwe. Selon lui, «les promotions concernent peu d’usagers», car elles portent surtout sur les billets réservés longtemps à l’avance et sur les trains les moins fréquentés. Pour prendre le TGV, il va donc falloir s’organiser… ou mettre la main au porte-monnaie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>