• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
16/12/2016

Radio Classique - SNCF annonce la disponibilité du Wi-Fi à bord du TGV

Jeudi 15 décembre, Arnaud Aymé, associé et expert en transport chez Sia Partners intervenait sur Radio Classique dans le journal de l'économie suite à l'annonce du déploiement du Wi-Fi à bord des TGV Paris-Lyon.

Le service est gratuit et il s’agit d’un premier pas pour la SNCF qui promet d’équiper la majeure partie de ses TGV d’ici fin 2017. Il permettra de consulter ses mails et de surfer sur le web à 300km/h, mais ne permettra pas de lire des vidéos en streaming à cause de la bande passante limitée.

En effet, Arnaud Aymé explique que l’installation du Wi-Fi à bord d’un train à grande vitesse a constitué un important défi technique :

« Il faut d’abord installer des antennes 4G tout au long des centaines de kilomètres de voies ferrées. Cette technologie a été privilégiée par rapport à la connexion par satellite, qui existe depuis des années sur le Thalys, mais qui empêche de profiter d’internet dans les tunnels. Les opérateurs ont donc installé des antennes tous les 3  kilomètres environ afin d'assurer un bon débit, car un train qui se déplace à 300 km/h change d’antenne toutes les 15 secondes. Ensuite, il faut installer des antennes centralisées pour chaque train plutôt qu'une multitude d’antennes au-dessus de chaque wagon, dans le but d'assurer un juste partage du débit entre tous les voyageurs. Ces antennes centralisées seront également installées sur le toit du train plutôt qu’entre les wagons, pour profiter d’une connexion optimale. Une fibre optique sera ensuite déployée tout au long du train pour alimenter une antenne Wi-Fi par wagon.  En effet, le Wi-Fi émet sur une faible portée et ne peut pas diffuser sur les 400 mètres du train, et est de surcroît bloqué par les frontières métalliques des wagons).

A noter que le Wi-Fi à bord des trains correspond à une attente majeure des clients, en particulier les voyageurs d'affaires et les jeunes, qui perçoivent cela comme un dû. En outre, malgré l'indisponibilité du streaming, on peut imaginer que la SNCF fasse à l'avenir comme les compagnies aériennes et comme Eurostar : mettre à disposition des voyageurs un « portail » permettant d’accéder à une liste de films et de musiques stockés dans un serveur informatique à bord du train.

Au-delà du défi technologique, il y a aussi un défi économique pour SNCF : comment rentabiliser cet énorme investissement ? »

 

Retrouvez son analyse sur Radio Classique via ce podcast audio.

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top