• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
04/06/2018

Radio Classique - Intervention d’Arnaud Aymé suite à la proposition d’Accor pour racheter les parts de l’Etat dans Air France.

Arnaud Aymé était l’invité du Journal de l’Economie ce lundi 4 juin pour commenter l’annonce du groupe Accor, qui se propose de racheter les parts de l’Etat dans Air France. Il explique la logique et les précédents de rapprochement entre une compagnie aérienne et un opérateur de tourisme et détaille les possibles bénéfices d’un tel rapprochement pour l’avenir d’Air France.

Ecoutez son intervention ici :

Ou retrouvez le podcast de l’émission complète ici : https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/matinale-de-radio-classique/journal-de-6h45/

 

Pour aller plus loin, quelques éléments d’analyse :

  • Même si l’Etat n’injecte plus d’argent dans AFKLM, Air France est « trop public pour disparaitre ».
  • Le rapprochement serait logique et fait suite à des opérations similaires ces dernières années : TUI-Corsair, Radisson Blu (ex-SAS), Le Méridien (créé par Air France en 1972, propriété de Starwood) tandis que les programmes de fidélités se croisent toujours plus.
  • Des synergies sont envisageables – à l’heure du digital – sur les offres (offres combinées), la distribution (négociations avec les agences, cross-selling), la connaissance et la relation client.

 

  • Air France KLM en chiffres :
  • Chiffre d’affaires annuel 2017 : 25 Mds€, pour 96 000 salariés
  • L’actionnariat d’AFKLM se décompose comme suit : Delta Air Lines 9 %, China Eastern 9% (cela réduisait les possibilités pour Accor de rentrer dans le capital), Salariés 4% , reste flottant.
  • La capitalisation boursière du groupe est inférieure à 3 Md€ pour un cours ayant chuté de 50% depuis le début de l’année et de 20% en un mois, aujourd’hui à 6,98€ l’action contre 8,66€ le 2 mai 2018. C’est donc un moment propice pour Accor pour investir.

 

  • Accor en chiffres :
  • Accor est le premier hôtelier mondial hors USA, suivi par des groupes chinois.
  • Sa valorisation boursière s’établit à 13,7 Mds€, réparti comme suit : 21% fondateurs, 12% Jin Jiang (qui est aussi concurrent, d’où l’intérêt d’avoir un nouvel actionnaire, l’Etat français, pour contrebalancer), 10% QiA, 57% autres.
0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top