• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
03/10/2019

TGV du futur : une approche collaborative inédite entre un industriel et son donneur d'ordres

Le schéma d'ouverture du marché SNCF aura sans nul doute une incidence sur le positionnement du géant ferroviaire qui jusqu'à 2020 aura occupé une position de monopole sur le marché du transport ferroviaire à grande vitesse. Alors que l’ouverture à la concurrence arrive à grands pas, le groupe multiplie déjà les démarches pour fidéliser ses clients, et a notamment lancé en 2015 un appel d’offre pour définir le TGV du futur.

Une ouverture à la concurrence qui arrive à grands pas

 

Dans sa globalité, le marché du transport à longue distance connait un essor sans précédent. La présence des compagnies aériennes low-cost, des services de co-voiturage et des autocars, en plus du TGV, donne au voyageur un large éventail d’alternatives pour effectuer son trajet dans les circonstances qui lui conviennent et au tarif qui lui correspond le mieux.

Ces facteurs, auxquels s’ajoute un besoin prépondérant de la part de SNCF d'attirer plus de voyageurs à ses services, n'ont fait que corroborer le sentiment du groupe de vouloir se préparer à la nouvelle ère de la concurrence. Face à ce changement qui se concrétise, le groupe démontre déjà des efforts pour atteindre son objectif compétitif et reconquérir ses clients, en lançant par exemple le projet de rénovation de la station Paris-Nord (300 millions d'euros) ou l’introduction de nouvelles lignes OUIGO, offre low-cost du groupe. Cette dernière, qui a capitalisé sur la réduction des coûts des opérations en émulant les modèles opérationnels des compagnies aériennes low-cost, a vu le jour suite à la volonté de SNCF de proposer ses services à une clientèle plus vaste. Son succès affirmé par une croissance de 54% du nombre de passagers entre 2017 et 2018 est ainsi une preuve tangible des bénéfices que SNCF est capable de générer en réduisant les coûts de maintenance et des opérations. Il n’est donc pas surprenant que SNCF ait intégré ces deux critères dans le cahier des charges de son projet phare : le TGV du futur.

 

TGV du futur : un train qui porte bien son nom

 

Cette nouvelle génération, aussi appelée "TGV 2020", n'est autre que le modèle Avelia Horizon, dont la commande passée en 2018 par SNCF Mobilité a atteint près de 3 milliards d’euros pour 100 rames auprès d'Alstom, qui devra livrer la totalité des trains entre 2023 et 2031. Ce projet d'investissement aura un impact considérable sur la qualité des services proposés par SNCF Réseau (et par conséquent, une arme supplémentaire dans son arsenal pour faire face à l’ouverture du marché), mais aussi sur l'empreinte écologique, cette génération étant la plus « green » de la gamme TGV.

Les changements majeurs de ce train concernent aussi bien l'aspect externe que la mécanique interne de la rame :

  • Un design épuré favorisant le confort des passagers à bord : utilisation de matériaux modernes, refonte du système d'air conditionné et d'isolation sonore
  • Augmentation des volumes utiles via la diminution de la taille de l'engin par rapport aux modèles précédents
  • Hausse de +33% de la capacité maximale : avec une longueur de 200m, plus d'espace pourra être exploité dans les 7 à 9 voitures prévues, donnant place à plus de 740 passagers comparés aux 556 places dans les modèles actuels
  • Modularité des espaces selon les besoins des passagers : possibilité de reconfigurer l'intérieur des voitures selon trois aménagements pour une caisse unique :
    • Voiture PMR
    • Voiture voyageur
    • Voiture Bar
  • Connectivité ré-imaginée : augmentation du débit et amélioration de la qualité du réseau Wi-Fi à bord, analyse en temps réel des paramètres de la condition de la rame pour anticiper d'éventuelles défaillances
  • Matériel encore plus rapide avec une vitesse maximale de 350km/h
  • Accessibilité des PMR optimisée

 

Toujours dans le but d'atteindre les défis technologiques, économiques et compétitifs fixés par SNCF, cette nouvelle génération de TGV connaitra :

  • Une réduction de consommation en énergie de 20%, grâce à un aérodynamisme et une motorisation plus efficace
  • Une réduction des coûts d’acquisition de 20%
  • Une réduction des coûts de maintenance de 30%, grâce à un système innovant de freinage et l'introduction de la maintenance préventive via télédiagnostic
  • Meilleure expérience voyageurs

 

Une démarche de partenariat innovant fondé sur une vision commune

 

De toute évidence, le succès de tout projet d'une telle envergure n'est pas le fruit du hasard. En effet, SNCF a instauré une approche collaborative avec Alstom pour garantir le succès des travaux de recherche : depuis que l'industriel a remporté l'appel d'offres lancé par SNCF, une équipe composée de 300 contributeurs, dont 20 experts multidisciplinaires issus des deux compagnies, a été constituée pour repenser entièrement l'expérience du voyage à grande vitesse dans un plateau de travail partagé à Paris. Ce partenariat a appliqué des méthodes de travail axées sur l'agilité, l’innovation et la coopération pour répondre à un cahier des charges très ambitieux.

A titre d'exemple, SNCF a partagé les coûts historiques d'opérations et de maintenance avec Alstom, afin de mieux anticiper les défaillances et taux d'usure de ses rames, dans le but d'optimiser les plans de maintenance et de développer des méthodes permettant de déduire les impacts financiers des choix techniques préconisés.

L’usine de fabrication de la nouvelle gamme bénéficie également d’une optimisation de la logistique et des flux de production, d’un environnement de travail de qualité, d’un niveau de sécurité supérieur et de nouvelles méthodes de travail permettant de réduire la durée du cycle de fabrication de 30% par rapport à la génération Euroduplex.

De fait, une collaboration aussi bien étudiée est au premier abord, un pas vers une démarche collective exemplaire : deux géants de l'industrie française, deux métiers d'expertise avec un objectif commun.

En effet, la connaissance approfondie des habitudes et besoins des passagers, des opérations, et de la maintenance de flottes de TGV depuis 40 ans par SNCF, et la notoriété indéniable, dont bénéficie Alstom dans la conception ferroviaire, est sans doute l'atout principal qui fera du TGV du futur une « success story » ferroviaire pour les années à venir.

 

Sources

 

[1] https://www.alstom.com/press-releases-news/2016/9/sncf-and-alstom-launch-their-first-innovation-partnership-to-create-the-next-generation-of-the-tgv

[2] https://www.railway-technology.com/news/sncf-approves-e2-7bn-contract-10...

[3] https://www.lesechos.fr/2017/06/comment-la-sncf-va-renover-la-gare-du-nord-la-plus-grande-gare-deurope-172661

 

[4]https://www.sncf.com/sites/default/files/press_release/sncf_communique_commandetgvdufutur.pdf

[5]https://www.capital.fr/entreprises-marches/sncf-le-nombre-de-passagers-d...

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top