• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
15/11/2019

Utilisation des voitures en baisse - Intervention d'Arnaud Aymé à l'antenne de LCI

Arnaud Aymé, Associé chez Sia Partners et spécialiste des transports, était invité sur LCI ce jeudi 15 novembre 2019 pour réagir à l’étude d’Enquête globale transports menée par Ile-de-France Mobilités.

Cette semaine était publiée l’étude sur la mobilité en Ile-de-France, elle a été complété d'un tweet de Valérie Pécresse annonçant une augmentation de 59% des vols dans les transports publics. Arnaud Aymé apporte des éclaircissements sur ces sujets à l'antenne de LCI.

Sur le volet de la sécurité

L'augmentation du nombre de vols dans les transports ne surprend pas : c'est en effet une situation que l’on constate sur le terrain depuis un certain temps en Île-de-France. L'une des pistes proposées par Arnaud Aymé pour diminuer cette insécurité est de renforcer les effectifs humains. Une plus forte présence des agents dans les zones les plus sensibles a un impact directement positif sur la hausse de la sécurité dans les transports publics.
Pour ce faire, une meilleure affectation des agents est nécessaire. Il est crucial de les positionner dans les gares, mais également dans les rames ou dans les trains au sein desquels le besoin est le plus conséquent.
À cet égard, Arnaud Aymé évoque le dispositif « équipement agent seul » qui permet de faire circuler un train avec seulement un conducteur à bord. Ce dispositif pourra permettre de redéployer les agents de contrôle sur des trains identifiés comme étant les plus sujets à des incidents liés à l’insécurité.

Concernant la baisse d’utilisation de la voiture en Île-de-France.

Arnaud Aymé estime qu'il paraît impensable de voir la voiture disparaitre en Île-de-France. Par contre, cela est envisageable en Suisse, où les lieux de travail sont situés à proximité des lieux d’habitat. L’urbanisme de la capitale française est, à l'inverse, peu polycentrique - ce qui a pour conséquence que les lieux de travail se retrouvent éloignés des lieux de vies.
Pour modifier cette situation et permettre l’arrêt de l’utilisation de la voiture, il faudrait donc revoir l’urbanisme complet de la métropole parisienne. Cette solution serait extrêmement longue à mettre en place et coûteuse. Il est cependant possible de limiter les flux automobiles en modifiant les habitudes de travail. La promotion du télétravail par les entreprises est une alternative concrète qui permettrait de réduire ces déplacements coûteux en énergie. Cette transformation des modes de travail n'est pour autant pas simple et sera sûrement longue à effectuer estime Arnaud Aymé.
Dans l’immédiat, la solution à court-terme est plutôt de réduire l’autosolisme. Cela implique de gros investissements de la part des transporteurs publics afin que les moyens de mobilité soient capables de transporter un flux beaucoup plus conséquent de voyageurs. Cette politique n’est possible que pour les zones possédant un trafic dense. Une autre option pourrait également être d'accentuer le rabattage vers les transports publics dans les zones moins denses par la mise en place de parcs relais, de covoiturage, de mode de mobilité doux (marche, vélo), mais aussi grâce à la mobilité servicielle (MaaS) qui permet de faciliter cette démarche.

Pour retrouver l'interview dans son intégralité : lien

 

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top