• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
27/11/2019

Le comité de groupe européen approuve la fusion de PSA et FIAT-CHRYSLER - Intervention d'Arnaud Aymé à l'antenne de BFM BUSINESS

Arnaud Aymé, associé chez Sia Partners et spécialiste des transports, était invité sur BFM Business ce mercredi 27 novembre 2019 pour réagir à l’approbation de la fusion par les représentants du personnel siégeant au comité du groupe européen de la fusion de PSA et FIAT-CHRYSLER

 

Les syndicats approuvent cette fusion sauf la CGT. Est-ce qu’il existe un risque pour l’emploi ?

 

15 des 17 organisations syndicales approuvent cette fusion (1 refus et 1 abstention) : seule la CGT a voté contre. Selon Arnaud Aymé, ce vote n’est pas une surprise car les syndicats avaient déjà été consultés en mi-novembre.  Les raisons du vote négatif de la CGT ne sont pas spécifiquement liées à la fusion, mais plutôt à l'encontre de Carlos Tavares. En effet, la CGT émet ses réserves face au PDG de PSA qui avait déjà supprimé des emplois par le passé.

Cette fusion ne devrait cependant pas avoir d’impact sur l’emploi juge Arnaud Aymé. Les syndicats vont, en effet, être très attentifs au maintien des sites et des salariés. Cela implique une surveillance attentive aux taux de remplissage et d’occupation des usines. Pour cela, les syndicats seront très regardants sur la répartition des différents modèles européens et mondiaux dans les usines. Cet indicateur est celui qui restranscrit la vision la plus directe du maintien des emplois.

Est-ce que cette fusion lève des inquiétudes chez Fiat-Chrysler ? Est-ce que Fiat va fabriquer en France ?

Selon Arnaud Aymé - qu'il n'y ait ou pas de fusion - il est nécessaire de s’adapter au marché européen pour Fiat, comme d'ailleurs pour d’autres constructeurs automobiles. Le principal marché de Fiat étant le marché européen, on peut imaginer des restructurations, mais aussi - et surtout - des efforts de R&D pour se développer sur la motorisation électrique, les véhicules hybrides et les véhicules connectés. Grâce à cette fusion, Fiat se dôterait de moyens plus importants pour accroître sa compétitivité.

Fiat a déjà une collaboration vieille de 40 avec PSA sur les utilitaires. Ils ont créé conjointement une filiale dans le nord de la France. La construction de pièces Fiat en France est donc historique. Peu d’information circulent à ce jour sur la suite de cette collaboration. Les seules informations connues étant qu’une dizaine de chantiers communs ont été lancés par PSA et Fiat. L’un d'entre eux, nommé "Synergie", a pour objet la répartition combinée de la production ainsi que la mutualisation de la R&D.

Quelle est la position des États-Unis par rapport à l’actionnaire Dongfeng qui possède 12% du capital de PSA ?

Selon Arnaud Aymé, la présence de Dongfeng dans l’actionnariat ne pose pas de problème. Ce n'est pas l’actionnaire principal et ses parts seront réduites à seulement 6% du capital avec le nouvel ensemble PSA-FCA. Trump n'a pas d’intérêt à s’opposer à cette fusion puisque Chrysler possède 13% des parts du marché automobile aux États-Unis et qu'une grosse partie de la production du constructeur est localisée sur son territoire domestique. L'état américain a donc plutôt intérêt à la réussite de cette fusion, puisque Chrysler a annoncé l’ouverture d'une usine d'assemblage à Détroit pour les véhicules SUV.

PSA annonce vouloir se séparer de Faurecia : quelles conséquences ?

Faurecia est apte à être indépendant de PSA déclare Arnaud Aymé à l'antenne. On constate que les équipementiers fonctionnent déjà très bien de manière indépendante, à l’exemple de Valéo en France ou de Bosch en Allemagne. De plus, Faurecia est déjà multi-client puisqu'il travaille par exemple avec Volkswagen. L'équipementier n’est de fait pas dépendant de PSA d’un point de vue commercial. L'exemple réussi d'autonomisation de Gefco prouve, par ailleurs, qu'une telle indépendance est possible.

 

Lien vers l’interview : lien

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top