• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
29/11/2019

La SNCF anticipe la grogne des usagers - Intervention d'Arnaud Aymé sur BFM TV

Arnaud Aymé, Associé chez Sia Partners et spécialiste des transports, était invité sur BFM TV ce jeudi 29 novembre 2019 pour réagir à l’annonce de la SNCF de bloquer la vente de billets de train du 5 au 8 décembre.

Selon Arnaud Aymé, la SNCF doit tout d’abord effectuer une priorisation sur le choix des lignes qu’elle souhaite faire circuler durant cette grève qui sera a priori très suivie. La SNCF va affecter ses effectifs non-grévistes sur les lignes les plus critiques, c’est-à-dire les plus fréquentées. La RATP avait adopté la même stratégie le 13 septembre en faisant circuler uniquement les 6 lignes les plus fréquentées et en coupant les 10 autres lignes. 

Un conducteur de train en grève a plus d’impact qu’un contrôleur en grève. Cependant, il faut au moins un contrôleur dans chaque rame pour circuler, puisqu’elles ne peuvent pas accueillir un nombre illimité de voyageurs. Dans ces conditions de grève, beaucoup de personnes vont essayer d’accéder aux trains, il sera donc nécessaire d’avoir des contrôleurs pour maintenir la sécurité.  

D’autres populations d’agents sont critiques tels que les agents de circulation et les agents de maintenance, comme nous avons pu le voir récemment avec la grève du technicentre de Châtillon qui a paralysé une grande partie de la flotte de TGV de l’axe Atlantique. La SNCF est bien préparée à ce genre de scénario. Une fois que le nombre de grévistes est connu, l’entreprise peut adopter le meilleur plan de transport. La SNCF compte également des équipes de réserve, mais elles ne peuvent servir que dans le cas de grève locale. Pour la grève à venir, elles ne pourront qu’aider à maintenir les lignes les plus utilisées.

En 2018, les 37 jours de grève dans le cadre de la réforme ferroviaire ont été retenus sur les salaires des agents. Il est à noter que les deux mouvements de grèves sont dus à une politique gouvernementale et non à une politique interne de la SNCF. Cette dernière essaye de réduire au maximum l’impact de ces mouvements, notamment en proposant des partenariats avec des sociétés qui proposent des mobilités douces.

 

Retrouvez l'intervention dans son intégralité ici.

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top